La pag'oj de Goelano Les pages de Goéland

4. Aktualeco reagigas min. Kaj vi ? L'actualité me fait réagir. Et vous ?

Dum 2005
En 2005

2005.01.03
03.01.2005

En la jaroj 1990, iu politikisto germana diris pri Eùro ke g'i estis ne-realigebla utopio, iu "esperanto-mono". Realeco malpravigis lin, kaj la mono de Eùropo ne estas la "deutsch mark"-o (germana marko).
Hodiaù, iuj opinias ke Esperanto estas nerealigebla utopio. Realeco jam malpravigas ilin, kaj la lingvo de Eùropo ne estas tiu de Usono, tiu de skandinavoj aù de mediteraneanoj ; Eùropo uzas pli kaj pli la Internacian Lingvon (Esperanto).

Dans les années 1990, un politique allemand disait de l'Euro que c'était une utopie irréalisable, une "monnaie-espéranto". La réalité lui a donné tord, et la monnaie de l'Europe n'est pas le "deutsch mark".
Aujourd'hui, certains croient que l'Espéranto est une utopie irréalisable. La réalité leur donne déjà tord, et la langue de l'Europe n'est pas celle des États-Unis, celle des scandinaves ou des méditerranéens; l'Europe utilise de plus en plus la Langue Internationale (Espéranto).

Al supro de la pag'o.
Vers le sommet de la page.
Al malsupro de la pag'o.
Vers le bas de la page.

2005.01.23
23.01.2005

Baldaù ni havos referendumon pri la Eùropa Konstitucio. Mi ne jam scias kian estos la demando, sed se estus nur unu tiele : "C'u vi estas por aù kontraù la Eùropa Konstitucio ?", la respondoj riskus montri prefere malakordon kontraù la jes-defenduloj, anstataù ol rezulton de pripensado pri la taùgeco de konstitucio por Eùropo.

Nous allons bientôt avoir un référendum à propos de la Constitution Européenne. Je ne sais pas encore comment la question sera posée, mais s'il n'y en a qu'une du genre : "Êtes-vous pour ou contre la Constitution Européenne ?", les réponses risquent de montrer plus une opposition aux défenseurs du "oui", que le résultat d'une réflexion sur le bien fondé d'une constitution pour l'Europe. Concrètement, si les hommes politiques mal placés dans les sondages d'opinions militent pour le "oui", le vote de l'opinion sera "non" contre ces politiques, et donc sans signification pour la constitution.
Il serait judicieux que ce référendum pose 2 questions :
- 1° question : "Une Constitution pour l'Europe est-elle nécessaire ?"
- 2° question : "Le texte établi par la commission Giscard peut-il être la Constitution Européenne ?"
Je pense qu'une majorité importante veut une constitution pour l'Europe. Mais le texte de cette constitution fait toujours débat, notamment entre les tenants d'une Europe libérale, voire ultra-libérale (et certainement pas libertaire), et les tenants d'une Europe attentive à la qualité de la vie, à l'art, à l'être humain et à son développement dans une société fraternelle (solidaire).

23.03.2005

Actuellement, les sondages donnent le NON gagnant pour le référendum sur la constitution européenne. Entre 50 et 60% des français ne veulent pas que le texte de Giscard deviennent la constitution de l'Europe. Voici un slogan qui illustre bien le sentiment actuel :

L'Europe : Oui
Une constitution : Oui
Un mauvais texte : Non

Le texte de la commission Giscard est un texte juridique, beaucoup trop long, dans un langage incompréhensible par le citoyen lambda. C'est un mauvais texte par la forme, et sur le fond il fait la part belle au libéralisme et à la compétition, alors que les européens aspirent à une Europe de la coopération, de la solidarité, de la démocratie, de la paix sociale entre les peuples.

Le moment est venu pour les citoyens de prendre en main eux-mêmes leur avenir européen et leur constitution : écrivons nous-mêmes le texte de cette constitution, avec des mots que nous comprenons et des idées que nous soutenons, sans termes juridiques, sans formules alambiquées. Une fois ce texte établi par et pour les citoyens, les juristes créeront un autre texte qui sera l'application juridique du premier, qui leur conviendra, et qui sera modifiable à volonté s'il ne respecte pas la constitution voulue par les citoyens de l'Europe.

2005.03.30
30.03.2005

Jen propono de teksto por la Eùropa Konstitucio ; viaj reagoj estas bonvenaj : goelano@infonie.fr.

Voici une proposition de texte pour la Constitution Européenne ; vos réactions sont les bienvenues : goelano@infonie.fr.

25.05.2005

Les sondages donnent toujours le NON gagnant entre 52 et 55 % pour le référendum de dimanche prochain 29 Mai. Si effectivement le NON l'emporte, une nouvelle constitution pour l'Europe devra être écrite, mais cette fois-ci pas par des élites politiques qui se sont cooptées entre elles, mais par l'ensemble des citoyens de l'Europe. Soit nous serons capables d'organiser une collecte internationale dans le style des cahiers de doléances de 1789, soit nous élirons des représentants qui formeront une assemblée constituante, soit nous ferons les deux de façon à donner un mandat clair à l'assemblée constituante. Cette procédure me parait beaucoup plus démocratique, que la manière dont le texte actuel a été créé.
De plus il me paraît important que le concept de Constitution repose sur deux textes : le premier court, mis au suffrage de l'ensemble des électeurs de l'Union Européenne, modifiable seulement par eux et fixant les très très grandes lignes (définition, valeurs, fonctionnement), et pour cela je propose mon texte ; le deuxième, plus détaillé pour répondre aux besoins des juristes, des décideurs politiques et de l'exécutif, modifiable par le Parlement Européen, mais soumis au premier texte et ne pouvant pas le contredire. Le premier serait la Constitution Européenne proprement dite, et le deuxième serait le Texte Constitutionnel Complémentaire (TCC).

30.05.2005

Maintenant que la France a dit NON par le référendum, il faut bien se persuader que :
- les français ne veulent pas du texte Giscard comme Constitution Européenne : ils expriment clairement qu'une constitution ne peut pas être un amas de 440 articles dont beaucoup trop sont incompréhensibles pour le grand public ;
- les français ont une expérience ancienne de "l'exercice constitutionnel", et estime qu'un texte constitutionnel est un cadre donnant des idéaux, des grandes lignes à suivre, des objectifs à atteindre, et ne s'intéresse pas aux aspects budgétaires et économiques, ou aux relations diplomatiques entre les états ;
- les français sont toujours pour l'Europe et profondément européens, et estiment qu'elle mérite une Constitution digne de ce nom, et non pas ce texte long et indigeste.
- les élites dirigeantes et politiques sont désavouées, discréditées, indignes de la confiance que le suffrage leur a confié jusque là, puisque la majorité de cette France d'en haut n'a pas compris ni anticipé le choix de la France d'en bas ; et avec le choix vont aussi les aspirations, les espoirs et la réalité quotidienne.
- le texte Giscard ne pourra jamais devenir la Constitution de l'Europe, puisque l'unanimité est requise, et qu'il faut maintenant inventer une nouvelle stratégie d'écriture pour un nouveau texte constitutionnel.

C'est pour cela que je propose une démarche sur plusieurs années :
1. Présentation au grand public et à tous les peuples européens de la démarche suivante, et de la forme que devrait avoir une Constitution Européenne : je propose ma Constitution en 3 articles (définition, valeurs et fonctionnement) accompagnée de son Texte Constitutionnel Complémentaire.
2. Rédaction dans tous les pays de l'Union actuelle et par tous les citoyens volontaires de "cahiers constitutionnels", dans le même esprit que les "cahiers de doléances" de la révolution française de 1789 ; cette rédaction pourrait s'étaler sur une année.
3. Synthèse de ces cahiers par régions géographiques, états, partis politiques, associations sportives, fédérations internationales diverses ou groupes de pression divers, etc, de façon à obtenir plusieurs projets de textes (Constitution et TCC) présentés au grand public (à tous les citoyens européens et en toute langue désirée).
4. Élection d'une Assemblée Constituante Européenne, différente du Parlement, dont le mandat (5 ans par exemple) serait uniquement la mise en place de cette Constitution, et qui serait dissoute ensuite. Sa tâche serait de finaliser le texte de la Constitution et son TCC à partir des cahiers et de leurs synthèses et d'organiser la ratification.
5. Mise au référendum d'un texte, mis au point par l'Assemblée Constituante, pour l'ensemble des citoyens européens. Le vote devrait se faire le même jour dans toute l'Europe (le même dimanche), ou au moins la même semaine, avec dans ce cas rétention des résultats pour qu'ils soient proclamés ensemble le même jour à la même heure dans toute l'Europe. Cette synchronisation est un symbole fort pour montrer l'unité de l'Europe et de ses citoyens dans la construction de leur Constitution.
6. L'Assemblée Constituante termine son mandat en mettant en place le Conseil Constitutionnel Européen.

Cette démarche me paraît être la condition incontournable pour que le peuple européen ait le sentiment de ne pas être absent de la construction de l'Union et dépossédé de la démocratie par les élites.

17.07.2005

J'ose une comparaison.
Au Moyen-Âge en France les seigneurs féodaux s'étripaient joyeusement sous l'œil plus ou moins réprobateur du Roy de France, dont le pouvoir n'était pas encore absolu. Cela faisait quelques centaines de morts de part et d'autre, et abîmait l'agriculture pour plusieurs années. Les survivants pouvaient, s'ils y arrivaient, se faire engager comme mercenaires chez un seigneur voisin, voire chez celui qui venait de les attaquer. Parfois deux ou trois s'entendaient pour attaquer un plus gros, ou bien le Roi lui-même s'entourait de ses vassaux les plus gros pour étendre sa suzeraineté.
Aujourd'hui les états membres de l'ONU s'agressent joyeusement les uns les autres, à la fois militairement et économiquement. Le système état-nation, mis en place pour pacifier le monde, s'autodétruit : l'exemple le plus flagrant a été vu en ex-Yougoslavie, mais d'autres se voient chez les Outous et Toutsis, au Moyen-Orient, entre l'Inde et le Pakistan ou en Asie. L'ONU vitupère et lance des incantations, mais sa force de frappe n'empêche pas l'émergence de nouveaux conflits. La mort est présente partout, l'environnement et les équilibres locaux doivent se refonder. Mieux encore le plus gros seigneur de la guerre est capable, sous prétexte d'une agression, de déclencher un conflit sans l'accord de l'ONU pour s'accaparer des ressources pétrolières, sur lesquelles il lorgnait depuis longtemps.
Sur le plan économique, les peuples s'affrontent entre eux par entreprises plus ou moins multinationales interposées, dans un système dit libéral qui n'est que la traduction actuelle de ce qu'on appelait autrefois la loi de la Jungle, où le plus gros mange le plus faible, le plus petit n'a le droit que de disparaître, et le plus riche que de s'engraisser encore plus, laissant à chaque "rachat" d'entreprise des centaines ou des milliers de morts économiques, pudiquement appelés "chercheurs d'emploi" ou "chômeurs", qui peuvent essayer de se faire embaucher, s'ils ne sont pas trop âgés, chez un concurrent.
Il faudra certainement plusieurs années, voire siècles, pour quitter ce stade médiéval et passer à un pouvoir absolu d'un gouvernement planétaire. Mais là, ne sera-ce pas une dictature, contre laquelle il faudra faire une Révolution, et son cortège d'horreurs ? Si alors une Époque Moderne commence pour la planète, combien de temps et d'à-coups faudra-t-il encore pour construire une démocratie pour ses habitants et une coopération pour ses entreprises, puisque en France 220 ans après nous y arrivons difficilement et encore moins au niveau Europe.
Si nous voulons que notre planète quitte la catégorie des planètes sauvages, puisque la barbarie s'y exerce chaque jour, il nous faudra certes du temps, mais aussi des outils nouveaux, autres que la force ou l'argent : le refus de la violence, la compréhension entre cultures, la coopération entre agissants, d'autres encore que je n'imagine pas, et surtout de l'amour. Beau programme !

07.08.2005

L'Iran joue avec le feu nucléaire et le feu diplomatique ; ses velléités de redémarrage de son industrie nucléaire déclenche les foudres diplomatiques de l'Europe et des États-Unis. Si sa radicalisation conduit cet état au banc de la communauté internationale, il pourrait y avoir une réaction violente de ceux qui ne veulent pas que ce gouvernement ait à sa disposition le feu nucléaire, et parmi eux les États-Unis, qui sont déjà installés militairement à l'ouest (Irak) et à l'est (Afghanistan), et Israël capable d'aller frapper au loin une installation menaçant sa sécurité. Si la puissance des états de la région est anéantie (comme l'indique la Bible), les peuples de l'Asie se mettront-ils en route vers l'Europe ? D'ici là, quelle va être la position de l'ONU, et sa capacité à imposer ses vues ?

19.08.2005

Je viens de découvrir le travail de Jean Pollion sur la langue des Ummites. C'est mon père dans les années 1970 qui m'a le premier parlé des Ummites, que j'ai retrouvé par la suite grâce à quelques articles de journaux, grâce à Internet, et au site ouèbe de A-J. Holbecq (www.ummo-sciences.org).
D'après Jean Pollion, le caractère non agglutinant de la langue ummite lui donne un aspect non terrien. Mais la juxtaposition des "soncepts" me rappelle la juxtaposition des lettres dans la langue hébraïque. Je n'ai pas encore appris l'hébreu, mais j'ai l'impression que les lettres séparément peuvent correspondre à un sens ou à un nombre, et que un mot, qui est un ensemble de lettres, à le sens de la somme des lettres (homme + femme = enfant). J'espère un jour pouvoir apprendre l'hébreu pour vérifier ça. Ce serait une ressemblance avec la langue de la planète Ummo.

24.12.2005

"C'est la belle nuit de Noël", comme chante Tino Rossi, et nous célébrons la naissance de Jésus sur la Terre. Mais cette année je pense à une nouveauté. Mes lectures et le recoupement de plusieurs informations me font penser qu'il est probable que plusieurs civilisations extra-terrestres aient par le passé colonisé une partie de notre planète, ou peut-être plus ou moins réussi à le faire, ou bien échoué en laissant des traces, que nous pouvons encore voir aujourd'hui. Je ne rapporterai ici que 5 éléments, mais il est probable que nous en découvrions plus dans les années qui viennent.
1. Dans la Bible, il est écrit que "les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu'ils choisirent", et donnèrent naissance aux héros fameux dans l'antiquité. (Genèse 6. 2 à 4). Plus d'informations : voyez le site les E.T. dans la Bible.
2. Les disques de pierre de Dropa : il y a 12 000 ans un groupe d'humains est arrivé dans la région de Baian-Kara-Ula (frontière entre Chine et Tibet), par les nuages à cause d'une avarie de leur vaisseau, qu'ils n'ont pas pu réparer. Les disques de pierre et les cavernes qu'ils ont construites racontent leur histoire.
3. En Afrique de l'Ouest, le peuple des Dogons raconte dans ses légendes qu'il vient d'une planète de l'étoile Sirius, et tous les 50 ans ils organisent une fête importante. Les astronomes ont découvert que la révolution de ??? est de 50,09 ans, ainsi que d'autres concordances entre leur cosmogonie et nos connaissances astronomiques. Comment avaient-ils ces informations avant que nos télescopes nous aident à les découvrir ? Pour plus d'informations : voyez les sites suivants : A, B, C, D, E, F, G.
4. Au Moyen Âge et à la Renaissance, en France, les Chrestians, Gézitains, Gahets, Agots ou Cagots semblent être une catégorie d'humains à part de la société française, car ils seraient liés aux forces du Mal et viendraient du ciel. Avec les siècles et la Révolution, ils s'intègrent à la population, mais peut-on les rapprocher de l'apparition des Bohémiens, ou Romanichels en Europe, ou des fous du Roi, nains difformes ayant de l'esprit ?
5. A partir de 1950, les Ummites disent être venus sur la Terre pour l'explorer et étudier sa société.
Il existe, à mon avis d'autres indices de la présence extra-terrestre parmi nous, comme par exemple les agroglyphes, ou autres photos d'engins lenticulaires et de leurs occupants, etc, mais il faudra encore du temps pour que l'ensemble de la population terrestre accepte l'idée qu'elle est observée, bien que la littérature (ex Scrameustache : les disques de pierre) et le cinéma (Rencontre du 3° type) préparent progressivement l'opinion publique. Cela va rabattre l'orgueil naturel du Terrien lambda d'apprendre qu'il n'est pas l'être le mieux doté technologiquement, ni le plus évolué physiologiquement, dans l'univers.
Notre planète n'est peut-être que le creuset d'un mélange de plusieurs espèces d'hominidés, dont certaines viendraient d'autres planètes. C'est une hypothèse à considérer, même si actuellement nous ne sommes pas capables d'aller mettre nos pieds sur des planètes en dehors de notre système solaire. Marcher sur la Lune, notre satellite naturel, a déjà été une expédition, et marcher sur Mars va nous demander une préparation et une énergie énorme. Nos voisins de l'espace sont donc plus avancés que nous dans les voyages inter-stellaires, mais nous les intéressons certainement dans d'autres domaines, puisqu'ils viennent nous voir (lire les romans Signe de Piste : Malétor et L'envoyé, d'Huguette Carrière).

27.12.2005

Demain, le journal "L'humanité" publie un rapport de diplomates européens, en poste à Jérusalem et à Ramala. Ce rapport n'est pas encore publié par les instances européennes. Il indique que la politique d'Ariel Sharon à propos du "grand Jérusalem" vise de façon volontariste à annexer Jérusalem Est, en détruisant les maisons des palestiniens et en créant une continuité territoriale jusqu'au mur en construction. D'après ces diplomates, ce projet va à l'encontre d'une solution acceptable par l'autorité palestinienne et radicalise les positions des palestiniens de Jérusalem Est, qui étaient jusqu'à présent modérés.
L'Union Européenne, même si ses instances ne veulent pas le dire au grand public, est donc très au courant de l'avancement de l'histoire dans cette région. Jérusalem risque d'être une question tellement préoccupante et épineuse pour la communauté internationale que l'Europe risque de demander au Conseil de Sécurité de l'ONU de déployer des casques bleus dans la ville de Jérusalem, en attendant de trouver une solution acceptable. Dans la Bible le prophète Zacharie a écrit : "En ce jour-là, je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples ... Et toutes les nations de la terre s'assembleront contre elle." (Zacharie 12, 3). Plus tard l'évangéliste Luc rapporte les paroles de Jésus : "Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu'à ce que les temps des nations soient accomplis." (Luc 21, 24) Jusqu'à présent Jérusalem n'est qu'un problème local et n'empoisonne pas les diplomaties de tous les peuples. Jusqu'à présent Jérusalem n'est foulé que par les pieds de militaires israéliens et palestiniens. Lorsque les nations sous des casques bleus feront régner sur Jérusalem l'autorité de l'ONU, qui aura décidé de se charger de cette question, l'Histoire aura avancé d'un cran. Et après ?

Antaùa pag'o : dum 2004.
Page précédente : en 2004.
Sekvonta pag'o : dum 2006.
Page suivante : en 2006.

Reveno al Enhavo-pag'o.
Retour à la page Sommaire.